COMMEMORATION DU 17 OCTOBRE 1961 à RENNES – Invitation

Pour ouvrir le document, cliquer ici : Commémoration du 17 octobre 1961 (1)

 

            Commémoration du 17 octobre 1961

                         Massacre d’Algériens à PARIS

 Mardi 17 octobre 2017 à 17 h 45 :

Rassemblement, prise de parole unitaire et jeté de fleurs dans la Vilaine.

Passerelle des Jumelages, quai Chateaubriand, Rennes,

(Bus et métro : Place de la République).

 Mardi 17 octobre à 19 h : Conférence-débat de Leïla Sebbar.

Maison des Associations, 6 Cours des Alliés, Rennes

(Bus et métro : Charles de Gaulle).   

 

 Leïla Sebbar évoquera cet évènement au travers de son roman :

                    « La Seine était rouge »

1999, Babel Actes Sud, 2009

 

et nous présentera son nouveau roman :

           « L’Orient est rouge » éd. Elyzad, 2017

 

Romancière et nouvelliste, Leïla Sebbar est née en 1941, à  Aflou (Hauts-plateaux), en Algérie, d’un père algérien et d’une mère française, instituteurs.

Elle vit en France depuis l’âge de dix-huit ans. Étudiante, puis professeure de Lettres, elle est l’auteure d’essais, de critiques littéraires, de recueils de textes inédits, de nouvelles et de romans.

Leïla Sebbar se définit comme « une écrivaine dans le siècle – siècle qui commencerait au milieu du XXe siècle, c’est-à-dire lié à une histoire particulière, celle de la France et  de ses colonies : guerres de colonisation, de décolonisation, de libération et, conséquents à cette histoire, tous les effets de déplacement, d’exode, d’exil

et donc de rencontres singulières, entre ceux qui quittent un pays et ceux du pays d’arrivée.

Ses personnages sont donc en déplacement. Comment vont-ils vivre?

Comment appréhender leur propre histoire, leur « roman familial » en relation avec l’histoire générale ?

C’est ce rapport très fort que l’on ne peut ignorer, entre l’intime et le politique qu’ [elle] explore. »

                                         

Entrée et participation libres.

 

Organisation : Association de Jumelage Rennes-Sétif, en partenariat avec :

4 ACG, AMAZIGH-BREIZH, ARAC35, LDH35, MIR, MVT DE LA PAIX, MRAP35

 

 

 

Publicités

ESPAGNE : POURQUOI L’UNION EUROPENNE GARDE LE SILENCE ?

Déclaration de l’ARAC du 2 octobre 2017 à 16 h 00

pour ouvrir le document cliquer ici : ARAC déclaration espagne 2017

Espagne : Pourquoi l’Union européenne garde le silence ?

« Il est impossible de comprendre les événements en Catalogne si on ne fait pas un retour en arrière dans l’Histoire contemporaine de l’Espagne. Avec en toile de fond la dite « guerre civile » qui fut, faut-il le rappeler, un soulèvement militaire soutenu par Hitler et Mussolini contre un gouvernement légalement élu, abandonné par les « démocraties » de France et d’ailleurs. Ce gouvernement républicain présentait une tare indélébile : il s’attaquait aux intérêts des classes privilégiées et s’intéressait aux particularités régionales. »

Que veut-on imposer aujourd’hui, pourquoi veut-on étouffer la démocratie, l’expression populaire. Si ce n’est comme c’est le cas partout en Europe, faire le lit des ultras-riches au détriment de centaine de millions d’habitants de nos pays.

Sauf à vouloir poursuivre coute que coute la politique européenne approuvée par la Commission Européenne et décidées par la chancelière allemande.

D’ailleurs pas un mot sur cette violence de la part de la chancelière allemande, du président de la Commission européenne, ils gardent le silence car c’est l’Europe qui étouffe les souverainetés populaires, la souveraineté des nations, qui conduit à la situation sociale catastrophique dans de nombreux pays d’Europe.

Les déclarations récentes du président de la Commission européenne de créer une armée européenne pour « entre autre » « assurer le maintien de l’ordre en Europe », n’est pas fait pour nous rassurer au regard de ce qui vient de se passer à Barcelone et en Catalogne.

Plus que jamais la démocratie est nécessaire, elle passe par la souveraineté des peuples et si une Europe doit exister, elle sera le fruit du rassemblement d’états souverains, démocratiques et laïques.

Jamais la violence ne peut être un instrument en politique si non à étouffer l’expression populaire, quand le but recherché par millions d’individus est d’arriver à une société plus juste.

L’enjeu de ce qui se passe en Espagne, et plus particulièrement à Barcelone aujourd’hui, c’est la place et le rôle de la démocratie.

Villejuif, le 2 octobre 2017 – 16 heures

Le Secrétariat National de l’ARAC

 

L’ARAC APPELLE AUX MANIFESTATIONS DU 12 SEPTEMBRE 2017

Pour ouvrir le fichier, cliquer ici : appel manif 12 septembre

APPEL POUR LE 12 SEPTEMBRE 2017

L’ARAC appelle à participer aux mobilisations syndicales et politiques pour défendre nos droits et garanties collectives face aux 5 ordonnances sur le projet de loi travail 2017, présentées le 31 août dernier, au Conseil des Ministres en présence du vice-chancelier allemand.

Ces décisions ne sont que la partie visible de la casse des valeurs françaises.

Les objectifs du Président de la République vont détruire 120 ans de luttes pour la reconnaissance des droits des travailleurs, les conquêtes du Front Populaire et du programme du Conseil National de la Résistance.

  • Ces choix répondent aux exigences de la Commission Européenne, aux attentes du MEDEF qui exige flexibilité et précarité.
  • Ce qui est rechercher c’est de marginaliser les syndicats afin d’éviter la confrontation politique au Parlement…

 

Défendre les valeurs républicaines, « Liberté, Egalité, Fraternité » la démocratie dans la France d’aujourd’hui : c’est s’opposer à cette politique du gouvernement

Ce n’est pas parce que les Français ont fait le choix de battre le FN en utilisant le seul bulletin de vote à leur disposition ou en s’abstenant que cela donne les pleins pouvoirs au Président de la République, lui qui est élu avec 18% des inscrits.

Le Président doit respecter le peuple, son histoire, ses combats, doit respecter la démocratie républicaine, ce qui est en totale contradiction avec les ordonnances.

Casser le code du travail, casser la sécurité sociale, développer la précarité, laisser fermer les usines pour les délocaliser, c’est renier les valeurs de la révolution française, les droits de l’Homme et du Citoyen, la souveraineté de la France.

« La France ne sera jamais un peuple d’esclaves ! » lisait-on dans les appels à la Résistance contre l’occupant nazi. Le Président doit s’en souvenir.

NON à la régression sociale !

SOYONS NOMBREUX à nous retrouver dans plus de 160 villes

le 12 septembre, TOUS ENSEMBLE !!!!

 

Pour PARIS

Rendez-vous des camarades Angle Boulevard Beaumarchais

Et Boulevard Richard Lenoir à 13h45