L’ARAC : un Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre est indispensable…

Cliquer ici pour ouvrir le document : déclaration ministre ACVG

Le tout dernier décret paru au Journal Officiel N° 2017-1073 du 24 mai 2017, relatif aux attributions du ministre des armées, nous interroge sur l’intention gouvernementale relative à la nomination ou non d’un interlocuteur de rang ministériel concernant les Anciens Combattants – dont les OPEX – les victimes de guerre, mais également les questions de la mémoire si indispensable aujourd’hui.

Les deux millions de ressortissants de l’ONAC auxquels s’ajoutent les victimes des attentats souvent frappés de psychotraumatismes particulièrement lourds, nécessitent absolument un interlocuteur gouvernemental qualifié, disposant de moyens réels surtout en matière de suivi des soins et de rééducation.

Dans le contexte actuel, qui risque de durer encore quelque temps, le rôle des Associations est particulièrement utile, et celles-ci mériteraient un nouvel apport pour leur permettre la reprise de leurs activités sociales et de solidarité.

Dans cet esprit, il convient de souligner le rôle irremplaçable pour les A.C.V.G. du maintien des ERP et des Maisons de retraite de l’ONAC dans le service public.

L’ARAC confirme sa demande d’abrogation du décret relatif à leur suppression.

L’ARAC soucieuse des attentes légitimes des ressortissants de l’ONAC estime indispensable la nomination d’un véritable ministère comme nous l’avions déjà affirmé dans le courrier adressé au candidat Emmanuel Macron, et cela à l’orée d’un débat budgétaire 2018, portant notamment sur l’actualisation cruciale du point d’indice de la Retraite du Combattant et la mise à jour et la pérennité de la rente mutualiste.

Villejuif, le 1/06/2017

Le Secrétariat National de l’ARAC

Déclaration de l’ARAC suite au message du Président de la République à l’occasion de la journée de la Résistance Le 27 mai 2017

Cliquer ici pour ouvrir le document : déclaration suite 27 mai 2017doc

Alors que pour la première fois un Président de la République parle à l’occasion du 27 mai, dans son texte trop d’inexactitudes marquent le rôle du programme Conseil National de la Résistance (CNR). C’est pourquoi l’ARAC tient à formuler quelques observations partant de son souci constant de vérité historique.

Tout d’abord, la réunion du 27 mai 1943 rue du Four dans Paris occupé n’était pas la réunion de création du CNR, c’était la première réunion de travail sur son programme assurée par la présence de tous ses membres. La création du CNR avait été décidée en fait en mars 1943.

Ensuite, il convient d’observer que les partenaires du CNR ne s’étaient pas groupés en fonction de leurs activités professionnelles différentes mais par leur volonté commune de libérer complètement la France et préparer ensemble l’instauration d’une République démocratique, sociale et populaire dans le respect des sensibilités de chacun et de tous, d’où le programme du CNR.

Enfin il convient aussi d’observer malgré toutes les mises en cause, malgré les attaques lancées par les adversaires du programme du CNR, que nous vivons encore pour une part importante sous l’application d’une partie de son programme (sécurité sociale, allocations familiales, droit des salariés, nationalisation de l’énergie et de la SNCF, droits des femmes dont le droit de vote, etc…) réalité que nous défendons par nos luttes et que les fameuses années dites « trente glorieuses » furent la réalisation la plus aboutie de ce programme.

De tout cela, il n’a résulté d’aucune manière une neutralisation quelconque des forces politiques et syndicales du pays.

Ce combat pour la reconnaissance du programme du CNR est moderne car il répond aux attentes, aux besoins de la société, à la souveraineté de la Nation, à la volonté d’une réelle répartition des richesses du pays.

ARAC

31 mai 2017

Appel-Résistance-Urgence !

        Appel-Résistance-Urgence !

– Noëlle Vincensini, Résistante, déportée à Ravensbrück ;

-Jacqueline Arrii Wroblewski, Résistante corse ;

-Isaline Amalric Choury, nièce de Danielle Casanova, Résistante, exterminée au camp de Birkenau ;

-Marie-jeanne Nicoli , petite fille de Jean Nicoli, Résistant, assassiné par les fascistes italiens ;

-Isabelle Anthonioz Gaggini, fille de Geneviève de Gaulle Anthonioz, Résistante, internée et déportée à Ravensbrück ;

La mémoire est notre conscience, notre avenir, n’oublions pas ce que nous ont transmis nos parents résistants, déportés, torturés, emprisonnés, sauvagement abattus… ils se sont battus contre l’occupant fasciste italien ou allemand, ils ont donné leur vie pour que nous puissions être libres ! pour une humanité fraternelle, solidaire et sans exclusion.

Le score du Front National au premier tour des présidentielles au niveau national et en Corse est un électrochoc qui doit réveiller les consciences.  La facho-sphère s’organise et agit  partout en Europe et  malheureusement il semble qu’elle n’ait pas épargné notre île !

Pensez à Danielle Casanova, figure emblématique de la résistance féminine, engagée dès 1935 dans le comité de vigilance anti fasciste,  et à son dernier message avant d’être livrée aux nazis par la police du régime fasciste de Pétain et envoyée dans le camp d’extermination de Birkenau où elle décédera à l’âge de 34 ans : « Nous ne baisserons jamais la tête ; nous ne vivons que pour la lutte. Les temps que nous vivons sont grandioses. Je vous dis au revoir ; j’embrasse tous ceux que j’aime, n’ayez jamais le coeur serré en pensant à moi. Je suis heureuse de cette joie que donne la haute conscience de n’avoir jamais failli et de sentir dans mes veines un sang impétueux et jeune ».

Pensez à Geneviève de Gaulle Anthonioz, résistante à 20 ans, incarcérée à la prison de Fresnes puis déportée à Ravensbrûck.  Elle nous dit « le crime contre l’humanité peut commencer imperceptiblement, sans que l’on y fasse attention, en particulier chaque fois. qu’un gouvernement prend des mesures racistes ou que l’on a du mépris pour un groupe humain et que l’on pense qu’il faut l’écarter, le détruire. Alors on commence à mettre un pied dans l’engrenage, et si on en fait un système, on est complètement dans l’engrenage…Il faut rappeler en premier lieu le pire, la destruction systématique d’hommes ,de femmes et d’enfants juifs, parce qu’ils étaient juifs, ou parce qu’ils étaient tsiganes, il faut le rappeler en le mettant dans la perspective de l’idéologie nazie !Pensez à ce qu’était l’Allemagne à ce moment là ! Un grand pays d’Europe avec des savants , avec de grands médecins, avec des philosophes ! et puis c’était la patrie de l’Art ! »

Pensez à Jean Nicoli., de San Gavino di Carbini, responsable de la Résistance en Corse, ayant en charge le Sartenais. Arrêté et torturé en Juillet 1943 à Ajaccio, fusillé dans le dos et décapité le 30 Août 1943, à Bastia, qui au moment de mourir, écrira dans une lettre à ses enfants qu’ « il comprenait à cette heure le sourire des martyrs , car ils avaient devant eux une grande idée », celle de servir la cause « de tous les spoliés de la terre» .

 

Pensez à Noëlle Vincensini ,lycéenne  résistante à 17 ans , déportée à Ravensbrück : « Je reviens d’un voyage de mémoire à Ravensbrück avec un groupe de jeunes lycéens corses. Le constat des horreurs du nazisme ravive une douloureuse réalité qui, c’est incroyable, nous menace encore ! Au fond du lac de Ravensbrück, les cendres déversées quotidiennement au sortir des fours crématoires, de plus de 90000 femmes de toute l’Europe nous rappelle aussi comment le sort des peuples est lié. C’est avec force que nous appelons le sursaut des consciences républicaines pour faire barrage au FN. C’est un devoir qui s’impose immédiatement ! »

Pensez à Jacqueline ARRII, résistante en Corse lorsqu’elle avait à peine 17 ans :«  Par respect pour tous nos Résistants qui ont donné leurs vies pour nous débarrasser des chemises noires et des nazis, ne faites pas l’erreur de mettre sur le même plan la politique économique d’un libéral et le fascisme à la Mussolini de Marine Le Pen. »

Non ! Ne laissons pas, par rejet de la classe politique, le Front National prendre le pouvoir, il avance masqué mais porte en lui les graines semées par les pétainistes, les révisionnistes et négationnistes, les nazillons de tout poil, relayés par les propos haineux et provocateurs du père, Jean Marie Le Pen et de ses acolytes. Le fondateur du FN était entouré de fascistes et l’est encore aujourd’hui. Le FN est depuis sa création lié aux organisations les plus dures de France et d’Europe : figures de la collaboration, Gud, skinhead, nostalgiques du IIIème Reich, Néo nazis. L’arrivée de Marine Le Pen à la tête du parti n’a rien changé à cela.

Hier encore, Marine Le Pen se dévoile en nommant à sa succession à la tête du FN, l’eurodéputé Jean François Jalkh, chargé de remobiliser sa base. Il démissionne dés le lendemain accusé par des médias de propos négationnistes.

Marine le Pen tente de convaincre les laissés pour compte de la mondialisation de rejoindre son projet .Ne nous trompons pas , si depuis des années les politiques libérales n’ont cessé d’approfondir les fractures sociales faisant apparaître pour bon nombre d’électeurs le FN comme un recours possible , l’arrivée au pouvoir de MLP mettrait en grave danger la démocratie par la mise en place d’un régime autoritaire , raciste et xénophobe , et ferait reculer tous les acquis sociaux , aggravant encore les inégalités et la précarité , s’attaquant aux droits des femmes et des minorités , favorisant l’exclusion et le rejet de l’autre .

Et n’oubliez jamais le sacrifice des 170 patriotes résistants corses qui ont donné leurs vies pour que nous puissions vivre libres. Maria de Peretti, Nicoli, Scamaroni, Giusti, Mondoloni, Bonafedi, Croce, Marchi, Bighelli , Giacomini, Vincetti, Nicolaï, Sorba, Buresi, Olivesi, Benedetti… ces héros qui nous permettent aujourd’hui d’avoir accès aux bureaux de vote.

Fascisti, nazi, vergogna!.! Mai un ci scurderemu.. Tutti inseme contr’à u fascisimu. Dumane sera troppu tardi! Le 7 mai , VOTONS contre Marine Le Pen, contre le Front National. Attention ,l’abstention pourrait la servir.