Washington veut les Européens aux ordres

Washington veut les Européens aux ordres.

Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, à la mi-février, le vice-président américain, Mike Pence, a rappelé à l’ordre ses alliés européens de l’Otan sur un ton et avec des arguments qui sont loin d’avoir fait l’unanimité.

Son discours, dans la capitale bavaroise, était très attendu. Le n°2 de la Maison-Blanche s’exprimait pour la première fois devant le gratin politico-militaire mondial. Dans une allocution d’une vingtaine de minutes, tout en rappelant que son pays restait « le plus grand allié de l’Europe » il a martelé les directives de Washington dans un silence parfois glacial, comme l’ont noté les observateurs, notamment lorsqu’il a apporté « les salutations du 45éme président des Etats-Unis, Donald Trump »

Sur fond de retour fulgurant à la logique de blocs il a enchainé les anathèmes contre ses ennemis, l’Iran et la Russie en tête, et listé les instructions et recommandations pour ses alliés. Pence a ainsi proféré des menaces contre les européens si ceux-ci mènent à bien le projet de gazoduc « Nord Stream 2 », qui devrait bientôt relier l’Allemagne à la Russie. Poursuivant la logique de politique américaine d’ingérence, il a sommé les membres de l’OTAN de reconnaître l’auto-proclamé, Juan Guaido, comme président du Venezuela. Il a ensuite « tapé aux portefeuilles » en sommant les alliés de remplir l’objectif de 2 % de leur PIB alloué à la Défense qu’impose le traité nord-atlantique (OTAN), «le président Trump attend des actes » a-t-il affirmé. Il a aussi appelé ces derniers à imiter Washington et réclamé avec véhémence la sortie de l’accord multilatéral sur le nucléaire iranien (JCPOA), point d’orgue des tensions entre Bruxelles et Washington. Tout en finesse, Mike Pence a accusé Téhéran de fomenter « une nouvelle Shoah » !

Des alliés réticents

Si jusque-là Emmanuel Macron s’était illustré comme le dirigeant européen qui « tenait tête à Trump», c’est en tous cas ainsi que l’on décrit les médias, il a cette fois brillé par son absence. Retenu à Paris, pour cause de politique intérieure, par la crise de gilets jaunes, il n’aura pas pu (pas voulu ?) donner la réplique à Mike Pence. La contestation de ce discours vindicatif et belliqueux est venue, non sans une certaine fermeté, de la Chancelière allemande, Angela Merkel. Sur plusieurs points elle a pris le contrepied de Washington. A propos du nucléaire iranien, à propos de la Syrie, à propos de l’OTAN « Nous devons nous battre pour le multilatéralisme, pour l’Europe, contre ceux qui pensent qu’ils peuvent agir seuls » a-t-elle conclu ses propos.

Mike Pence a également confirmé « une grande fermeté » vis-à-vis de la Russie de Vladimir Poutine, alors que Trump, avait exprimé à plusieurs reprises son souhait d’un rapprochement. « Sachez que les Etats-Unis continueront de demander des comptes à la Russie, même si nous cherchons des terrains d’entente. Comme vous le savez le président Trump pense que c’est possible », a expliqué Pence, réclamant notamment la mise en œuvre par Moscou des accords de paix de Minsk sur l’Ukraine.

A Munich, de nombreux responsables européens ont exprimé leur inquiétude face à l’évolution de la situation aux Etats-Unis et appelé au respect des valeurs démocratiques, de la relation transatlantique et à la méfiance vis-à-vis de la Russie. Ce grand oral de Mike Pence venait parachever, selon la Maison-Blanche, une semaine d’efforts diplomatiques pour « rassurer en Europe ».

Beaucoup y ont vu une réaffirmation forte du leadersheap américain et une volonté de mis au pas des alliés. Avorté pour le moment… JP Delahaye

Publicités

Israël/Palestine : Un peuple sous les bombes

Alors que Netanyahou déclenche une offensive terrestre sans précédent depuis des années, les bombardements israéliens sur Gaza ont déjà fait des centaines de morts et des milliers de blessés essentiellement dans la population civile. Femmes, enfants, vieillards palestiniens sont sous le feu de Tsahal en toute impunité.

Les représailles massives décidées par Tel-Aviv, après l’assassinat de trois jeunes israéliens par des extrémistes non identifiés, pour l’instant, ont mis le feu aux poudres. S’en est suivi le kidnapping et le meurtre d’un jeune palestinien par des fanatiques israéliens et toute la région s’est embrasée. Le Hamas riposte à coup de missiles lance-roquette et cible des villes israéliennes.  Le système de défense anti-aérien israélien surnommé « Dôme de fer » financé par Washington depuis 2009, en plus des 3 milliards d’aide militaire annuelle, semble pour l’instant fonctionné et protéger la population israéliennes. Selon France infos et France 2 qui se sont rendus à Tel-Aviv la capitale économique du pays «  la bas, tout ce passe presque normalement (…) les plages  sont toujours remplies de touristes. Ils sont simplement perturbés par le bruit des roquettes interceptées… »

Mettre un terme à la colonisation

Pendant ce temps le gouvernement Netanyahou allié à l’extrême droite fanatique, a convoqué 45 000 réservistes et semble prêt à lancer une offensive de plus grande envergure. En fait il agit comme s’il voulait porter un coup d’arrêt définitif à l’espoir né de la réunification des deux principaux mouvements palestiniens. Objectif :  maintenir sous son joug l’ensemble du territoire, asphyxier les populations  et l’administration palestinienne, discréditer ses dirigeants et poursuivre tranquillement la colonisation par des implantations nouvelles. Car il semble bien que c’est  là le point central de cette nouvelle flambée de violence. Samedi 5 Juillet, l’éditorial du quotidien « Libération » notait : « il reste qu’aujourd’hui, israéliens et palestiniens paient des années de blocage du processus de paix (…) l’Etat hébreu, premier responsable de cet enlisement croit pouvoir poursuivre son refus de tout compromis. Les gouvernements multiplient année après année les implantations de colonie empêchant de fait la création d’un Etat palestinien viable… ». C’est également l’avis de Ury Avnery, figure du camp de la paix en Israël qui dans «  l’ Humanité » du 10 juillet exprimait sa crainte de la montée d’une extrême droite (présente dans le gouvernement NDLR) hostile à tout horizon de paix et estimait qu’il « est évident que le refus obstiné de mettre un terme à la colonisation de la Cisjordanie est en cause… » En attendant les grandes puissances  -qui ont les moyens de pression- se taisent bien que l’ONU s’inquiète d’une violation possible des lois de la guerre. « Nous avons reçu des rapports troublants sur le fait que nombre de victimes y compris les enfants, sont le résultat de frappes sur des maison » a déclaré la porte-parole du Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations-Unies, Ravina Shamdasani. Selon elle, « ces rapports appellent à des doutes sur le fait que ces frappes sont conformes aux lois humanitaires internationales et aux lois internationales sur les droits humains »

Palme de la honte à François Hollande qui a « condamné fermement les agressions contre Israël », exprimé sa solidarité envers Netanyahou et jugé « qu’il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population » Pendant ce temps les palestiniens meurent.

Toutes les réunions du Conseil de sécurité de l’ONU n’y feront rien. Il faut contraindre Tel-Aviv. Netanyahou ne connait que la force. Il faut donc que l’ONU, les pays occidentaux si prompts à réagir parfois prennent des sanctions financières et politiques à l’égard de l’état israélien.

Washington soit stopper son aide militaire. Des sanctions financières et d’embargo s’imposent pour faire cessez le massacre.

JP.Delahaye