TRUMP REMPILE

Le locataire de la Maison-Blanche veut renouveler son bail Mardi 18 juin à Orlando en Floride, il a donné officiellement le coup d’envoi de sa campagne pour l’élection de 2020.

Sous les cris d’une foule enthousiaste il a repris ses thèmes favoris de 2016 en attaquant avec violence les démocrates accusés de vouloir « détruire le rêve américain. » Fidèle à son style provocateur il a promis « un séisme dans les urnes (…), nous y sommes arrivés une fois, nous y arriverons encore. Et cette fois nous allons finir le travail. » a-t-il vociféré !

« Quatre ans de plus ! Quatre ans de plus ! », reprenaient régulièrement ses soutiens dans la salle de l’Amway Center, rythmant un discours à la tonalité nationaliste très agressive dans lequel il a de nouveau dénoncé l’immigration clandestine et promis de défendre les travailleurs américains face à la concurrence étrangère jugée déloyale.

Faisant huer tour à tour les médias « fake news », sa rivale en 2016 Hillary Clinton, Barack Obama ou encore l’enquête du procureur spécial Robert Mueller, il a accusé ses adversaires politiques d’être « guidés par la haine », ciblant la vingtaine de candidats démocrates qui espèrent lui ravir la Maison-Blanche. « Voter pour un démocrate,  quel qu’il soit, en 2020, c’est voter pour la montée du socialisme radical et la destruction du rêve américain », a-t-il martelé.

Celui qui s’est présenté en 2016 comme le candidat antisystème et anti-élites semble déterminé à conserver le ton et la posture. Un discours qu’une grande partie d’américains entend notamment les « laissés pour-compte » qui lui ont assuré la victoire. Cette base fidèle constituera l’un de ses atouts pour tenter de décrocher un second mandat en 2020.

Sur le bilan, le milliardaire américain, a mis en avant les bons chiffres de ce qu’il appelle « l’économie Trump ». Il s’ appuie une croissance élevée (3%) qui pourtant ne bénéficie qu’aux plus riches, aux  banques et grandes entreprises…

Il a aussi réitéré ses positions connues sur l’Iran et Israël, en défendant sa décision emblématique sur le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. « Nous avons renoué le lien d’amitié avec notre cher allié, l’Etat d’Israël », a-t-il déclaré sous les applaudissements.

Sur l’Iran, Trump, le va-t-en guerre, a de nouveau dénoncé l’accord « désastreux » sur le nucléaire iranien dont il a retiré les Etats-Unis en 2018, claironnant avoir « imposé les sanctions les plus dures jamais appliquées contre le premier Etat parrain du terrorisme dans le monde ».

Et comme le ridicule ne tue pas il a juré dans la foulée que sous son mandat, les Etats-Unis viendraient à bout du cancer, du sida et prépareraient la voie pour envoyer des Américains sur Mars…

En 2016, l’ex-magnat de l’immobilier a été, grâce à des victoires cruciales dans une poignée d’Etats clés, propulsé à la Maison-Blanche avec, sur l’ensemble du pays, près de trois millions de voix de moins que sa rivale démocrate, la milliardaire, Hillary Clinton. Or la voie s’annonce étroite si l’on en juge par les élections de mi-mandat, qui ont montré un retour en force des démocrates dans la « Rust Belt » industrielle, où règne un fort sentiment de déclassement social. Selon certains économistes un retournement de conjoncture économique n’est pas non plus à exclure… Les primaires démocrates vont être déterminantes car l’échiquier est vaste qui va du centre droit de Joe Baiden au candidat à la Maison-Blanche et socialiste revendiqué Bernie Sanders qui n’a pas manqué de répliquer, à Trump, lui reprochant notamment de ne pas avoir évoqué les inégalités sociales. Car c’est bien sur ce registre que les élections risquent de se jouer. Les questions des salaires, de la gratuité des études, du droit des femmes, de l’écologie sont au cœur des préoccupations des américains . Cette fois il faudra s’adresser au peuple autant qu’aux élites hollywoodiennes !

JP DELAHAYE

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s